Méditations scientifiques

21-06 at 7:35 (Apologétique, Heurs et malheurs, Lectures, Philosophie, Théologie) (, , , , , )

« L’idée athée par excellence est l’idée de progrès, qui est la négation de la preuve ontologique expérimentale; elle implique que le médiocre peut de lui même produire le meilleur.

Or toute la science moderne concourt à la destruction de l’idée de progrès et à établir que tout progrès vient du dehors. Darwin a détruit l’illusion de progrès interne qui se trouvait dans Lamarck. La théorie des mutations ne laisse subsister que le hasard et l’élimination. L’énergétique pose que l’énergie se dégrade et ne monte jamais; qu’elle se gaspille et ne s’accroît jamais; que rien ne monte sans qu’autre chose ne soit davantage descendu; et cela s’applique même à la vie végétale et animale.

Principe de l’usage de la science moderne en faveur de la véritable foi. Très important.

La sociologie et la psychologie ne seront scientifique que par un usage analogue de la notion d’énergie, usage incompatible avec toute illusion de progrès; et alors elles resplendiront de la lumière de la vraie foi. »

Simone Weil, Cahier VIII.

Publicités

6 commentaires

  1. Spendius said,

    Attention, ça peut très vite devenir con, ce genre de réflexion. Là, c’est même franchement con.

    Vous savez, si on voulait schématiser l’évolution de la science, on pourrait dire qu’elle est passée d’une vision transcendante de l’univers…à une vision immanente. A savoir, que l’univers fonctionne de lui-même, sans besoin de moteur. Tout est processus.

    Or, je vous le rappelle, le but de la science est de modéliser la réalité. Si, dans nos modèles actuels, qui sont beaucoup plus fins que les précédents, il est clair que l’idée de moteur de la réalité, de « principe premier » est inepte…c’est qu’elle l’est effectivement.

    Sauf si l’on tente de poser que Dieu ne peut être entendu via le réel, mais c’est un tour de passe-passe malhonnête.

  2. La voix dans le desert said,

    Mais l’idée de progrès est condamnée par la philosophie. Simone se place en platonicienne, mais même Nietzsche a jetté sur le papier ses petits arguments contre l’évolution, et si je me souviens bien, ça donnait à peu près la même phrase que celle de Simone, que le médiocre ne peut de lui-même produire le meilleur.

    Mieux vaut chercher à savoir si les modèles que vous admirez comme plus fins sont exacts, plutôt que de se dire qu’ils sont meilleurs que les autres. Le vrai n’est pas seulement « plus exact ».

  3. Spendius said,

    D’accord pour le progrès, mais il en faut plus pour tenter de confirmer le catholicisme via la science, comme le voudrait Weil (l’appelez pas Simone, c’est vulgaire!)

    Vous vous contredisez: Vous soutenez Weil quand elle utilise la science moderne « en faveur » de la foi, mais vous niez cette même science moderne quand je dis qu’elle est loin de souscrire à l’idée de Dieu…

  4. La voix dans le desert said,

    Tout le problème est dans la phrase de Simone Weil, qui n’a jamais été a une contradiction près. C’est elle qui suppose la science moderne plus roche de la foi que les anciennes, bref selon son catholicisme, plus vraie, donc quelque part, elle souscrit à l’idée de progrès.
    Tout ça pour dire que la philosophie réaliste thomiste est à l’épreuve du temps, donc un meilleur argument pour la foi que la science d’hier ou d’aujourd’hui.

    Ceci dit, elle ne se précise pas comment faire coïncider la science moderne avec la véritable foi. Le seul développement du texte, ce sont ces lignes contre le progrès, qui ne sont pas seulement scientifiques mais philosophique, voilà d’ailleurs pourquoi je soutiens notre auteur sur ce point.

    Et tant qu’à faire, autant préciser que la véritable foi dont parle Simone Weil s’oppose au matérialisme, « dégradation de la foi », selon elle.

  5. 1001nuits said,

    Faire coïncider la science avec la véritable foi ? Etes-vous certain que ce soit le problème ? Pour ma part, je ne vois pas de contradiction. La science matérielle est une émanation de la science de Dieu, une facette certes limitée aux propriétés du monde matériel, propriétés connues d’ailleurs de manière approximative et souvent empirique.

    Car ce qui pose problème, c’est surtout les doctrinaires de la science matérielle qui pensent que science est contradictoire avec foi, ce qui n’a pas de sens. Mais Ghazali et bien d’autres ont toujours été très pieux tout en étant savants dans les sciences matérielles. Or, à son époque, ce dernier faisait face aux mêmes discours.

    Je me méfie des interprétations de Simone Weil car elle pense société, histoire, elle use de concepts « modernes », elle est intellectuelle, et les intellectuels s’aventurent souvent sur des chemins ineptes sans s’en rendre compte. Les « concepts » d’histoire et de société, de vision d’une foi attaquée ou pas par le matérialisme sont, dans leur sens profond, des inepties. Il y a dix siècles, le discours religieux politique portait ces argumentaires d’une manière aussi illogique que celle de maintenant, mais avec d’autres couleurs (sauf Ghazali par exemple dont la foi précède toujours l’immense intellect).

    Ainsi, il est étrange de condamner le progrès (qui est une illusion à moins qu’on le nomme progrès technique ou progrès matériel, indéniable celui-là) et de parler de dégradation de la foi. La foi a toujours été ce qu’elle est. Elle ne se dégrade pas plus que l’homme ne progresse.

    Pour comprendre la foi, il faut la voir comme située au niveau de l’individu, et non dans la structure sociale (religieuse ou pas) qui l’héberge. Cette généralisation est une erreur de logique. La foi « est » dans certains individus de toute société, et son image sociale est un autre problème, qui n’a rien à voir avec elle. C’est le même mot, mais nous parlons politique et non plus religion.

    Il n’y a donc pas de dégradation de la foi mais éventuellement une dégradation de l’image politique de la foi à un certain moment de l’histoire. La foi par exemple dans notre monde est souvent vue comme de la superstition. Mais nous sommes dans le phénomène éphémère, et un phénomène qui décrit le fonctionnement d’un concept nébuleux, la « société ».

    Au temps du prophète Muhammad, certaines gens faisaient semblant de croire et ils n’en pensaient pas moins comme les athées d’aujourd’hui. Au niveau des individus, rien n’a changé, mais notre représentation des choses a probablement évolué (sachant que le nombre de représentations est limité dans ce domaine et que l’histoire oscille toujours entre une représentation et une autre).

    En gros, condamner le progrès comme une illusion est une bonne chose, mais il faut en tirer les conséquences. Les discours type Simone Weil ont toujours été les mêmes chez une catégorie de gens dans toutes les époques et dans tous les pays. Or, ils ont toujours été le fruit d’une confusion, d’une généralisation de la foi à un niveau social, donc d’une erreur de logique, d’une mauvaise utilisation de l’intellect. Dès lors, on peut dire n’importe quoi.

    Il ne faut pas chercher la vérité chez les intellectuels. Même croyants, ces derniers font souvent des erreurs de logique qui les bloquent dans leur raisonnement sans qu’ils s’en rendent compte. Ils partent alors dans des voies qui ne mènent nulle part. Alors qu’avec un peu plus d’écoute de leur foi, ils verraient qu’ils se posent des problèmes qui n’existent pas. L’intellect doit rester au stade d’outil mais ne pas devenir un but en soi. Or cette dérive a toujours été le grand péril des gens « intelligents » dans ce monde.

  6. La voix dans le desert said,

    Il est evident qu’il ne peut y avoir de contradiction entre la foi et la science, comme il est evident que les intellectuels sont souvent idiots et ne sont pas une garantie de verite. Et c’est sur que Simone Weil n’est pas le plus grand philosophe qu’ait produit le XXeme siecle.

    Mais il faut aussi comprendre ce qu’elle dit. Lorsqu’elle parle de degradation de la foi, elle pense au materialisme, non pas seulement comme phenomene social ou historique, mais bien comme foi individuelle. Le materialisme est une foi degradee. Cela ne veut pas dire que la foi change de substance, mais que certains hommes en ont tire une croyance decadente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :