De la liberté (à méditer en temps de grèves)

30-11 at 6:35 (France actuelle)

A servir bon être, d’esclave on devient maître

« Il y aurait autant d’horreur à détruire la liberté où Dieu l’a mise, que de l’introduire où elle n’est pas, a dit Pascal. Cette formule ramasse et stigmatise les deux attentats dont les tyrans (avoués ou masqués) menacent la vraie liberté des peuples : l’oppression et la corruption, la destruction par atrophie et la destruction par boursouflure.

En France, depuis plus d’un siècle, on introduit la liberté là où elle n’est pas. On arrache le peuple à la nécessité nourricière, à l’humble et nécessaire alvéole d’institutions, de coutumes et de devoirs à l’intérieur de laquelle sa liberté peut se déployer sainement, pour faire jouer celle-ci hors de son lieu, dans un domaine adapté à sa nature et où elle se réfute elle-même : dogme de la souveraineté du peuple, avec son corrolaire pratique, le suffrage universel… Autant vaudrait demander à un aveugle de choisir librement entre les couleurs ! A l’idéal de la liberté, on immole les cadres de la nature. On dit à l’agneau : tu es libre d’être ou de n’être pas herbivore. Car c’est à cela que se ramène en définitive des institutions qui entretiennent dans la cervelle de tous les hommes, l’impression d’être souverains, égaux à quiconque et de trancher, par leur bulletin de vote, les problèmes les plus étrangers à leur compétence.

Mais étirer, dilater ainsi la liberté, c’est encore la façon la plus sûre (et la plus perfide) de la supprimer. D’un bien dont on mésuse, on perd même l’usage. Qui veut trop courrir aujourd’hui ne pourra plus marcher demain… Après avoir promené son désir et son choix parmi les aliments carnés, l’herbivore corrompu ne sait plus choisir sainement entre les plantes qui l’entourent ; -l’homme du peuple farci « d’idées générales » et d’ambitions saugrenues perd la sagesse spécifique de son milieu social et professionnel. Il  n’est pas libre hors de son ordre : là, il n’a que l’illusion de la liberté ;  en réalité, il est mû par des mots creux ou des apssions malsaines et sa souveraineté universelle se résout en fuméé et en comédie. Mais ce qui est plus grave, ce qui est plus terrible, c’est que dans son ordre même, il n’est plus libre. Rien plus qu’un certain mythe de la liberté n’a contribué à détruire, dans l’âme des masses, la vraie liberté, la vraie sagesse.

On peut modifier ainsi le mot de Pascal : en voulant mettre la liberté où elle n’est pas, on l’a détruit où Dieu l’a mise. L’homme qui n’accepte pas d’être relativement libre sera absolument esclave »

Ces mots de la plume de Gustave Thibon, publiés dans Diagnostics dans les années 40 restent vrais dans notre France soumise à l’arbitraire du droit de grève (entres autres droits injustes).

Publicités

Permalien Laisser un commentaire

Mysterium fidei (3)

6-11 at 11:09 (Apologétique, Lectures, Philosophie, Théologie)

1 « Foi – le mot clef du christiannisme intérieur, de la dialectique de l’ame et non de l’esprit. Tout est si clair, si merveilleusement enchainé dans le monde des essences et des espérances – et si confus, si chaotique dans le monde des existences et des faits. Il faut cette purification par la nuit (credo quia absurdum) ; il faut que l’écart soit irréductible entre ces deux univers, pour que le foi devienne surnaturelle, c’est à dire réfractaire à toute assimilation rationaliste. Il faut que je ne comprenne rien à ce qui existe pour m’abandonner sans recours à ce qui est… »

2 « Il faut choisir entre la preuve et le signe. Le signe ne prouve rien, et la preuve ne signifie rien. »

Gustave Thibon, « Aux ailes de la lettre », ed du Rocher.

Permalien Laisser un commentaire